1

Non, le Président n’était pas fou !

Paul Deschanel - Président de la République - 18/02/1920-21/09/1920
Paul Deschanel – Président de la République – 18/02/1920-21/09/1920

Le 23 mai 1920, le train présidentiel quitte Paris pour rejoindre Montbrison (Loire). A son bord, le Président de la République, Paul Deschanel, se rend à l’inauguration d’une sculpture de Bartholomé, à la mémoire du sénateur Emile Raymond, tué au commande de son avion le 21 octobre 1914. Mais c’est le Ministre de l’Intérieur, Théodore Steeg qui officiera à cette cérémonie, le Président n’ayant pas atteint le terminus.

Emile Raymond - Sénateur abattu au commande de son avion - 21/10/1914
Emile Raymond – Sénateur abattu au commande de son avion – 21/10/1914

Qu’est-il arrivé ?

Après avoir quitté la gare de Paris-Lyon à 21 h 30, le train présidentiel se dirige vers Nevers par Malesherbes. Mais tout “bascule” à l’approche du Pk 110, peu avant Montargis: le Président tombe du train. C’est un poseur de voie, André Radeau, qui va faire une rencontre insolite:

Ce que je vais vous dire va certainement vous étonner mon brave mais… je suis le Président de la République.

– Oui, enchanté. Moi, c’est la reine Elizabeth.

– Mais non, mais… je vous assure !

– Oui ! moi aussi !

Il est facile de comprendre A. Radeau, face à un homme en pyjama, en pleine nuit, le visage ensanglanté. Un autre poseur, Gustave Dariot, propose d’emmener l’individu chez lui, au PN 78. L’homme insiste dans ses propos. Le doute s’insinue chez la garde-barrière, Mme Dariot: “Il a les pieds propres, c’est certainement quelqu’un de très bien.”

Epoux Dariot
Epoux Dariot

Il n’en faut pas plus pour que la rumeur sur une supposée folie du Président Deschanel enfle. Les chansonniers, les polémistes, les politiques s’en donnent à cœur joie.

Qu’en est-il en vérité ?

Sur l’accident

Le Président Deschanel s’est retiré dans “ses appartements” vers 22 h. Pour ce qui advient ensuite, Alexandre Millerand, Président du Conseil l’explique ainsi aux journalistes:

Le Président se sentant indisposé par la chaleur (avait voulu) aérer son compartiment et abaisser la vitre. Celle-ci résistant, (il) se suspendit de toutes ses forces aux poignées. La fenêtre céda brusquement et M. Deschanel fut projetée dehors…

Voiture présidentielle - 1920
Voiture présidentielle – 1920

Sur la santé du président

Le docteur Logre, qui soigne le Président, résume la situation ainsi: Paul Deschanel était dans “un état de désorientation survenu au cours d’un réveil incomplet chez un sujet déprimé, fatigué et qui avait pris avant de s’endormir un médicament hypnotique.” (Le Monde, Mai 1948). Gérard Milleret appuie cette hypothèse dans une thèse (1981) et conclue qu’il s’agit plus d’une crise dépressive grave que d’une folie chronique. Dépression sûrement due à la fatigue nerveuse que son poste de Président de la Chambre des Députés (1912-1920) dont la moitié en période de guerre, son hostilité au traité de Versailles, et l’impression de n’être qu’un pion accentuent.

Paul Deschanel - Président de la République - 18/02/1920-21/09/1920
Paul Deschanel – Président de la République – 18/02/1920-21/09/1920

Paul Deschanel démissionne le 21 septembre 1920. Après une cure de repos, il revient sur la scène politique. Mais il meurt le 28 avril 1922, d’une pleurésie à l’âge de 67 ans.