Les premières Pacific de la Cie de l’Ouest

image_pdfimage_print

Au début du XXe siècle, la Cie de l’Ouest utilise des locomotives type 230 de la série 2700 pour la traction de ses trains express.

Locomotive type 230 - 2701/2820 Ouest - 230-501/620 Etat - 230 C 501/620 SNCF
Locomotive type 230 – 2701/2820 Ouest – 230-501/620 Etat – 230 C 501/620 SNCF

Ces locomotives deviennent insuffisantes sur les lignes Paris-Cherbourg et Paris-Brest aux longues rampes de 10‰, et à l’augmentation du tonnage des trains.

La génèse

Nos machines les plus puissantes, celles de la série 2700 (compound, 4 cylindres, à bogie et-six roues couplées de 1.940 m) seront insuffisantes dans peu d’années pour la remorque de nos grands trains de Bretagne.
Non seulement la charge de nos trains est déjà faible pour nos besoins actuels, leur vitesse aussi est moins élevée qu’elle pourrait l’être avec le matériel lourd et stable dont sont composés nos principaux trains. Nos machines 500 (compound, 4 cylindres, bogie et 4 roues couplées de 2,04 m) correspondent à notre matériel léger de voitures sans couloir; les machines 2700 suffisent à peu près à notre matériel muni de couloirs partiels, une machine nouvelle, beaucoup plus puissante, sera bientôt nécessaire avec les voitures à bogies dont le nombre s’accroîtra rapidement dans un avenir prochain. . .
Le poids adhérent de nos machines 2700 (45 t) est à peine convenable pour la remorque de nos trains actuels sur les rampes de 10‰. Cela suffit à nous faire écarter le type dit Atlantic à deux essieux moteurs, dont l’adhérence ne peut dépasser 361 t avec la charge limite de 18 t par essieu compatible avec la résistance de la voie. Nous devons donc accepter trois essieux moteurs
La combinaison qui seule répond à nos futurs besoins est celle qu’on obtient avec le type dit Pacific c’est-à-dire en ajoutant au type 2700 un essieu libre à l’arrière, à roues basses, avec lequel on peut employer un grand foyer, débordant au-dessus des roues. La machine à faire était donc une machine forcément lourde avec une grille notablement supérieure à 3 m². On prit pour bases de l`étude les principales données suivantes: Machine Pacific, compound 4 cylindres,
Roues de 1.940 m (diamètre des roues des machines 2700)
Foyer débordant avec grille de 4 m²
Poids maximum par essieu accouplé 18 t
Poids maximum total 90 tonnes environ

Robert Dubois citant la Cie de l’Ouest – Revue Générale des Chemins de Fer – Septembre 1908

Les 2901/2902 sont des locomotives compound à 4 cylindres: 2 Basse Pression (BP) à l’extérieur, et 2 Haute Pression (HP) entre les longerons.

Les caractéristiques

Le foyer est de type Belpaire. La surface de chauffe est de près de 270 m2, à laquelle se rajoute la surface de chauffe directe de 13.92 m2 pour une surface de chauffe total de plus de 283 m2. La pression de la chaudière est de 16 kg.

Le mécanisme comprend donc 2 cylindres HP intérieurs commandant le premier essieu accouplé, et 2 cylindres BP extérieurs actionnant le deuxième essieu accouplé. La distribution est du type Walschaërt modifié.

Les bielles motrices et d’accouplement sont évidées.

Locomotive de type 231 - Série 2901/2902 Ouest puis 6001/6002 Etat - 231-001/002 Etat
Locomotive de type 231 – Série 2901/2902 Ouest puis 6001/6002 Etat – 231-001/002 Etat

Le changement de marche se trouve coté gauche dans l’abri. La commande est faite par un volant incliné.

L’abri est au maximum du gabarit Ouest, la boite à feu en remplit cependant une grande partie la face avant. La visibilité n’est possible que par la coté.

Locomotive de type 231 - Série 2901/2902 Ouest puis 6001/6002 Etat - 231-001/002 Etat
Locomotive de type 231 – Série 2901/2902 Ouest puis 6001/6002 Etat – 231-001/002 Etat

Les appareils de commande les plus importants sont à portée de main du mécanicien:

  • Changement de marche
  • Régulateur principal
  • Régulateur de prise de vapeur directe
  • Robinet de frein
  • Souffleur
  • Robinet de commande des purgeurs
  • Robinet du servo-moteur pour la marche compound ou non
  • Prises de vapeur et d’air pour le chauffage
  • Sifflet
Locomotive de type 231 – Série 2901/2902 Ouest puis 6001/6002 Etat – 231-001/002 Etat

Les autres appareils du ressort du chauffeur sont à droite:

  • Volants et manettes des injecteurs
  • Commande de l’échappement variable
  • Commande de fermeture du niveau d’eau
  • Robinets de jauge
  • Robinet de pompe à air
  • Tringles de cendrier
  • Volant du jette-feu

Les injecteurs (Friedmann) sont placés sous le tablier, du coté droit. L’échappement variable est du type Nord.

Le bissel se compose d’un bâti enveloppant l’essieu et reposant sur les deux coussinets de boîtes.

Quelques chiffres résumés dans ce tableau:

Le tender

Le tender à bogies accompagnant cette machine contient 24 m³ d’eau et 9 t de charbon, pour un poids en service de 57 t.

La soute à combustible est surélevé afin de diminuer la fatigue du chauffeur.

Les Ateliers de Rennes construira ces tenders.

Utilisation

Les 2901/2902 sont affectées aux Batignolles. Les premiers problèmes apparaissent dès le début des essais qui ont lieu sur Paris-Le Havre et Paris-Cherbourg.

Mutées à Paris-Vaugirard, elles assurent, non sans mal, du service sur Paris-Brest, dans le roulement des 2700.

Locomotive de type 231 - Série 2901/2902 Ouest puis 6001/6002 Etat - 231-001/002 Etat
Locomotive de type 231 – Série 2901/2902 Ouest puis 6001/6002 Etat – 231-001/002 Etat

L’arrivée des Pacific 231-011/060 les poussent vers le service messageries et marchandises sous les numéros 6001/6002, au dépôt de Chartres.

elles furent radiées en 1928 sans avoir fait de grands services. Leurs chaudières servirent cependant encore de générateurs de vapeur aux ateliers de Sotteville.

Les Pacific 231-011/060 les remplacèrent très rapidement, mariage de la chaudière des 2901/2902 et du train de roues des 2700 Ouest

ut commodo consequat. fringilla id in