Shakin’Mates

image_pdfimage_print

Il y a un peu plus de deux ans, j’avais présenté brièvement 3 groupes. Dont The Shakin’ Mates que j’avais découvert par hasard (dans Blues Magazine plus précisément). Les circonstances de la vie ont fait que j’avais un peu oublier ce groupe. Et fin 2021, j’apprends qu’un nouvel album avait vu le jour l’année précédente. J’ai donc fait l’acquisition de cet album (In Rock We Trust) et de son prédécesseur (Rock And Roll Preachers).

Le groupe

The Shakin’Mates est un quatuor dont la première formation date de 1995. Si le line-up a beaucoup changé depuis, deux membres des débuts sont toujours présents: Francis Lachet, guitare et chant, et Christophe Salmon à la batterie. Pierre Houllier, basse, et Giuliano Casati, guitare, complète ce combo de la région parisienne.

Que nous propose les Shakin’Mates ? Vous prenez du blues, du rock’n’roll, du pub-rock, vous mélangez et vous avez la musique du groupe. Et cela pour la scène. Sur les albums, les titres ont droit à la présence d’invités: chœurs, chant, harmonica, claviers, et guitares. Ce qui donnent souvent aux morceaux une force supplémentaire. Avec peut-être la sensation d’un manque sur scène.

Le groupe a commis neuf albums depuis 2001: GIMME ONE MORE SHOT (12 titres), INSTINCT TO SURVIVE (16 titres), LIVE AT THE PLAN 2002 (5 titres), BACK IN THE NIGHT (19 titres), DON’T STOP BLUES ROCKIN (14 titres), ROCK AND ROLL THERAPY (15 titres) , NO PAIN, NO GAIN ! (12 titres) et les 2 albums que je vais vous présenter.

Rock’N’Roll Preachers

C’est sur Youtube que j’ai découvert le titre éponyme de cet album. Compo de Francis Lachet, Rock’n’Roll Preachers ouvre ce disque. A noter la présence de Jessie Lee (Jessie Lee & The Alchemists) et de Lena Woods (Nobody’s Cult) aux chœurs. Nous les retrouverons d’ailleurs sur d’autres titres. Et à l’intro, Loïc Malassagne (Hot Hell Room, Invading Chapel) joue de l’orgue.

Trois reprises suivent. The House Is Rocking (Stevie Ray Vaughan), un surprenant Unchain My Heart (Ray Charles) et Homework (Al Perkins). Retour à un titre original, Back From Hell que je trouve assez pub-rock. De nouveau des reprises comme Ridin’On the L & N (Lionel Hampton), Un chaud Nutbusch City Limits (Tina Turner) avec Jessie Lee au chant avec Francis Lachet, et Stop It Baby (Inmates un des groupes préférés du compositeur).

Nouvelle compo personnel, My Morning Beauty, qui précède des reprises comme Bad Case Of Loving You (Moon Martin), Baby Jump (Mongo Jerry), Don’t Start Me Talkin’ (SB Willamson II) et Scuttle Buttin’ (Stevie Ray Vaughan). Re-compo de F. Lachet, Out Of Order, avant de conclure avec Wired All Night (M. Jagger). Un conseil sur ce dernier titre: montrez-vous patient et laisser le disque aller à son terme.

A noter aussi la participation sur cet album de Bala Pradal (Big Dez) aux claviers, de Marc Schaeller (Big Dez) à l’harmonica, d’Alexis Didier (Jessie Lee & The Alchemists) à la guitare sur Don’t Start Me Talkin’.

Cet album est donc un cocktail détonnant de blues, de pub-rock et de rock’n’roll. A son écoute, j’ai les pieds qui battent la mesure: c’est donc tout bon pour moi.

In Rock We Trust

Pour In Rock We Trust, le groupe a gardé la même recette que le précédent: même mélange, quasiment les mêmes invités, reprises et compos personnelles. Et ça fait un disque tout aussi dynamique que peut l’être Rock And Roll Preachers.

Reprises en introduction avec Human Canonball (Webb Wilder) et Mad Man Blues (J.L. Hooker). Première compo de cet album de Francis Lachet: All Inclusive avec Pat LLaberia (Pat LLaberia, Satisfaction) à la guitare. Puis trois nouvelles reprises, dont le classique Whola Lotta Shakin’ Goin’On (Jerry Lee Lewis), Love Me Two Times (Doors même si l’interprétation est plutôt inspiré de celle des Inmates)) avec justement la présence de Tony Oliver (Inmates) à la guitare, et I Just Want To Make Love To You (Willie Dixon) avant d’enchainer avec deux nouvelles compos: I’m Blue And Lomesone et It’s Better Later Than Never.

Poursuivons avec You Can’t Jugde A Book By The Cover (W. Dixon), avec Jessie Lee au chant, I’m In The Mood For You (Dr Feelgood), Keep Your Hands To Yourself (Georgia Satellites) et Rock And Roll (Led Zeppelin). Enfin pour finir, Shotgun (F. Lachet), Pack Fair & Square (Big Walter Price), dont Marc Schaeller (Big Dez) assure harmonica et choeurs et All Mighty (F. Lachet) avec Lena Woods (Nobody’ Cult) au chant et Alexis Didier (Jessie Lee & The Alchemists) à la guitare. Et ne pas oublier la présence aux claviers de Bala Pradal (Big Dez) sur cet album.

En conclusion

Tout comme le précédent, In Rock We Trust vous invite à bouger et s’écoute avec autant de plaisir. Et lorsque c’est possible en ces temps difficiles, le groupe défend ses titres sur scène. Dommage pour moi, la région Est de Paris est un peu loin de ma Normandie. En tout cas, à 12 € franco le CD, ne pas hésiter à envoyer un petit mail à Francis Lachet (voir sur leur site) pour acheter au moins ces deux disques.

Please follow and like us:
fb-share-icon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.