Les logos de la SNCF

image_pdfimage_print

Un logotype est la représentation graphique d’une marque commerciale, du sigle d’un organisme, d’un produit. (Abréviation usuelle : logo)( Larousse)

Il est le premier logo de la toute jeune SNCF. Le sigle représente la fusion des Anciennes Compagnies par l’enchevêtrement de ses quatre lettres. Il est l’oeuvre de Samuel Théodore William Monod, créateur typographe. Mais très rapidement, apparaissent deux formes différentes du S: extrémités droites et horizontales ou incurvées. De formes strictes, héritage du goût des années 30, le logo s’adoucit avec un dessin de lettres comportant des pleins et des déliés: c’est le monogramme “modifié 1943”

Sur fond rouge, il est visible (sur le matériel) jusqu’au début des années 70 malgré les changements d’identités intermédiaires.

Ce monogramme côtoie le modèle 1938 pendant encore quelques années.

Il existe une représentation annexe de ce logo: le sigle entrelacé sur la face avant d’une locomotive à vapeur. Il apparaît sur la couverture de la revue Notre Métier, sur les véhicules de la SCETA et sur des broches d’uniformes.

A partir de 1947, il subit lui aussi un lifting. Une carte de France remplace la locomotive à vapeur, les lettres SNCF ne sont plus entrelacées.

Le monogramme est présent sur tout le matériel roulant, et sur presque tous les objets appartenant à la SNCF. L’écusson remplace quant à lui son prédécesseur et apparaît sur les documents de communication de la Société Nationale, comme les affiches.

Le premier grand changement

1965 est un tournant pour la SNCF. La vapeur disparaît au profit de la traction électrique ou diesel. On parle de grande vitesse avec la mise en place du 200 km/h. En plein milieu des trente glorieuses, l’automobile s’impose. Des petites lignes ferment, les transports en commun des villes laissent la place aux transports individuels. L’identité visuelle de la SNCF change du tout au tout.

Les lettres sont épaisses pour affirmer la puissance d’une entreprise en plein essor. La couleur devient bleu, symbole de confiance. Son inclinaison rappelle la vitesse. Le tout est entouré d’un liseré bleu.

A la Direction du Matériel, ce nouveau logo ne semble pas convaincre, en particulier Paul Arzens. Comme le montre le marquage sur les BB 9300 qui sortent entre 1967 et 1969, la DM adapte son application sur les machines et conserve le sigle rond.

Le TEE "Catalan Talgo" prêt au départ à Geneve-Cornavin en 1979. Photo: S. J. Morgan
Le TEE “Catalan Talgo” prêt au départ à Genève-Cornavin en 1979. Photo: S. J. Morgan.

Cette anomalie perdure sur la première tranche des BB 15000 et sur les CC 6500.

Très rapidement, ce logo perd son liseré, même si on le retrouve sur des documents jusqu’en 1986. De nombreuses variantes se déclinent, et vont même jusqu’à cohabiter: avec (bas de l’affiche) ou sans liseré (nez du TGV):

Quant au logo annexe, il existe encore. Il représente une BB Jacquemin stylisée avec un pantographe unijambiste. On le retrouve sur des affiches, des enveloppes et autres formulaires.

L’évolution de 1985

Au 1er janvier 1983, la SNCF devient un EPIC. Elle se dote d’un service Communication afin de mettre de l’ordre dans son identité visuelle.

Roger Tallon, designer du TGV, est choisi pour définir un nouveau logo.

La SNCF opte pour la proposition reprenant l’ancien modèle, mais avec un liseré blanc séparant les lettres en deux.

Son design rappelle deux files de rails ou une double voie. Il répond surtout au cahier des charges:

Exprimer un évolution et non une rupture, évoquer la modernité, le dynamisme, la volonté de changement, l’ouverture sur l’extérieur.

Et comme il doit permettre d’unifier l’identité visuelle de la Société Nationale, un manuel d’utilisation et une charte graphique accompagne sa sortie. Tous les cas de figure, ou presque, y sont définis.

En presque car l’écusson continue de jouer le trublion. La BB Jacquemin laisse sa place au TGV.

Et moins de 7 ans après…

Le logo est remis en question. L’Agence Desgrippes a en charge la nouvelle identité visuelle de la Société Nationale. Evolution de l’existant, apparaît le fameux logo casquette.

Une flèche rouge au dessus et une barre d’appui grise en dessous viennent s’ajouter aux lettres existantes. Le logo est lancé en 1992.

Une charte et un manuel d’application accompagnent ce lancement.

Son application doit se faire de la façon la plus économique et s’étendra dans le temps, cohabitant avec l’ancien.

Peu de monde adhère à cette nouvelle identité. Le graphisme a parfois l’effet contraire à ce qu’il doit montrer.

La mutation des années 2000

Après une période difficile dans les années 90, la SNCF aborde les années 2000 dans de meilleures conditions. Elle peut envisager un changement de logo en toute sérénité, en phase avec sa nouvelle politique.

La nouvelle communication se concentre sur les marques (TGV, Thalys, Eurostar, Intercités, Ter…).

Elle lance un appel d’offres. L’agence Carré Noir, retenue, présente la nouvelle identité de la SNCF en 2005.

La conception tient compte des nouveaux outils informatiques. Le fond est un dégradé passant du vermillon au carmin (d’où le surnom de Carmillon). Cette façon de faire tranche avec les démarches antérieurs: plus de traitement au trait pour moulage en reliefs ou peinture. L’application par pelliculage devient la règle.

Une charte est éditée. Le logo est largement diffusé. Il ne doit pas y avoir de ratés dans son application. Des milliers de bâtiments, matériel, uniformes et documents sont concernés.

En 2011, un léger lifting s’applique à cette identité visuelle par un lissage des lettres.

Il semble que ce logo ait reçu un bon accueil. Même si personnellement, son application sur une grande partie du matériel ne me parait pas du meilleur effet.

Et contrairement aux logos précédents, la cohabitation avec le sigle “casquette” et le sigle “carmillon” est de courte durée, même si 15 ans après, sur du matériel ancien, l’anomalie existe encore. Comme on peut le deviner sur la première BB 67200 de ce train desherbeur.

UM BB 67278/BB 67270 + TDGR - Juvigny/Orne - 09/06/2020
UM BB 67278/BB 67270 + TDGR – Juvigny/Orne – 09/06/2020

Alors que ce logo donne un sentiment d’unité visuelle de la Société Nationale, la pléthore de marques (et donc de logo) de la SNCF (Oui, Ouigo, Ter, Transilien,…) peut faire croire le contraire.

Cela fait maintenant 15 ans que le logo existe. Et la situation financière de l’entreprise actuellement ne plaide sans doute pas pour un renouvellement. Il a encore quelques années devant lui.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nec Donec id vulputate, amet, suscipit sit ultricies sem, elit. neque.